Les enfants du désordre

Fleury-Mérogis
Au cours d’une représentation théâtrale donnée à la prison de Fleury-Mérogis, une détenue (Marie) sympathise avec l’une des actrices de la troupe. Cette rencontre va être déterminante pour Marie qui, dès sa sortie de prison, rejoint le théâtre. Marie, totalement dépendante de la drogue, a quelques difficultés pour s’intégrer dans la société. Elle refuse toute communication avec les autres acteurs. Grâce à la patience du metteur en scène (Robert Hossein), elle retrouve peu à peu le goût de vivre. A travers sa passion pour le théâtre, Marie trouve son équilibre et parvient à renoncer à la drogue. Pourtant, elle reste fragile, prête à succomber de nouveau à la moindre contrariété. Basé sur une expérience réelle de réinsertion des drogués par l’apprentissage du théâtre, ce film chargé d’émotion est aussi un message d’espoir. Sans complaisance, Yannick Bellon décrit l’enfer quotidien de l’existence de Marie. Avec une remarquable performance de la part d’Emmanuelle Béart, nominée, grâce à ce rôle, pour le César de la meilleure actrice.

Envers et contre

Envers et contreLe film s’inspire d’une histoire vraie. Dans un lycée de Los Angeles où il est de bon ton de ne rien faire travailler est encore plus mal vu que de se droguer ou être loubard, arrive James Escalante, brave homme d’origine bolivienne qui a refusé un salaire plus conséquent pour devenir prof dans cet établissement. En choisissant un langage direct et des exemples concrets, ce prof de maths tente de faire prendre conscience à ses jeunes élèves, qui se considèrent comme des loosers, qu’ils peuvent s’en sortir. « Vous aimez nous faire avancer à coups de pied dans le cul, mais ça commence à nous gonfler », s’exclame un élève. La récupération de jeunes qu’on croyait à la limite du cas social marche toujours fort. Et cet homme que l’on sent à la limite de la crise cardiaque et qui se sacrifie pour aider les autres à se sortir de la misère, par l’éducation, est émouvant. Edward James Olmos (découvert dans « Deux flics à Miami ») apporte au personnage l’humour, la fantaisie et la profondeur qui conviennent. Même si le rythme du film est très lent, on marche à cette… école du cœur.

This entry was posted in Actualités. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *