L’arme au poing

L'arme au poingUn flic reçoit un appel désespéré de son jeune frère. Il a accepté de voler un métal radioactif pour un gros trafiquant d’armes, qui a décidé d’éliminer ce témoin gênant. Quand Braxton, le flic, débarque, son frère a déjà été exécuté, et il est bien décidé à le venger. L’histoire est classique et ça canarde sec, avec ce qu’il faut de morts, rebondissant au ralenti sous le choc des balles, de courses poursuites automobiles avec mitraillages et de bagarres. Braxton et ses ennemis jurés utilisent toutes les armes, du bazooka à la capote anglaise devenue un lance-pierre improvisé ! Car il y a autant d’humour que de sexe et de violence dans ce thriller particulièrement nerveux. Sam Jones, le blond « Flash Gordon » qui a retrouvé sa teinte de cheveux bruns depuis quelques années, est Braxton. Belle gueule, musculature imposante (il montre même ses fesses dans une scène de douche), mais pas très subtil dans son jeu, Sam Jones remplit parfaitement son rôle. L’acteur est physique. D’ailleurs, on ne lui demande que ça. L’avocate noire, avec laquelle il vit une love story, est là pour apporter la touche d’humour et de sophistication.

L’année du chat

Ce film allemand a obtenu le Grand prix du Festival policier de Cognac. Et c’était très mérité. Car « L’année du Chat » est un thriller plein de rebondissements, de suspense et de tensions dramatiques. On aurait envie de dire que ce film est un vrai thriller policier à l’américaine, si ce n’était pas péjoratif pour ce cinéaste allemand de talent nommé Dominik Graf (qui a réalisé notamment « Double vue », également montré au Festival de Cognac). Le sujet de « L’année du Chat » est simple. Deux hommes masqués détiennent des otages dans la banque qu’ils sont en train de braquer. Mais tout cela fait partie d’un gigantesque plan échafaudé par la femme du directeur de la banque et son amant, alias le Chat, qui, d’un hôtel voisin et par talkie-walkie, dirige les opérations muni d’un fusil à lunettes. Mais, selon une habitude bien établie au cinéma, les plans les mieux échafaudés ne se déroulent jamais comme prévu. « L’année du Chat » est un pur film d’action. Mais la plus belle brune aux yeux bleus, Gundrun Land grèbe, donne au film sa touche érotique avec deux scènes d’amour très chaudes.

This entry was posted in Actualités. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *