Experiment 2000

Le titre original du film est «The crazies» et il est discrètement sorti en salles sous le titre particulièrement stupide de «La nuit des fous vivants»… Eh oui ! Quelques années plus tôt, George A. Romero s’était révélé au monde avec un petit film d’épouvante en noir et blanc, filmé comme du reportage TV 16 mm, mais terrifiant jusqu’au traumatisme : la fameuse «Nuit des morts vivants». Deux comédies (sans aucun succès et inédites en France) plus tard, Romero s’est dit que le filon de l’épouvante n’était, peut-être, pas si honteux que ça et ce fut «Experiment 2000»Experiment 2000. Mais le réalisateur n’a pas voulu refaire dans le mort vivant. Le remake (ou la suite), ce sera pour plus tard avec le très étonnant «Zombie». Là, Romero a imaginé que le gouvernement américain se lançait dans la recherche d’armes bactériologiques et jouait à l’apprenti-sorcier avec les virus. Accidentellement, il laisse échapper quelques-unes de ces charmantes petites bêtes qui contaminent les paisibles habitants d’une toute aussi pacifique région américaine. Les braves gens commencent par devenir«crazy» (… fou) et assassinent leurs proches avant de mourir. C’est l’état d’urgence. Des soldats en combinaison étanche et masque à gaz débarquent, lance-flamme et mitraillette aux côtés. Veulent-ils guérir ? Ils cherchent au moins à limiter les dégâts. Mais les «crazies» n’ont pas l’intention de se laisser faire. Et la plus paisible grand-mère en train de faire du tricot peut devenir, en une fraction de seconde la plus sanglante des meurtrières ! De plus il est très difficile d’imposer l’état de siège à une population dont chaque individu est armé… et n’a pas spécialement besoin d’être contaminé par un virus qui rend fou pour tirer sur tout ce qui bouge de travers. Les causes du désastre intéressent beaucoup moins Romero que ses conséquences. Et la peinture de la sanglante panique a de quoi terrifier. Moins immédiatement efficace que «La nuit des morts vivants», «Experiment 2000» apporte un plus grand frisson, parce que son sujet a de fortes chances de devenir, dans un proche avenir… du drame réaliste !

This entry was posted in Actualités. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *